About

Posts by :

Manoir de Crénan – LE FOEIL

Manoir de Crénan – LE FOEIL

Restauration de la couverture de la tour d’escalier XVème siècle
 
Immeuble classé au Titre des Monuments Historiques le 01.12.1969

 

 

ManoirCrenan_01Avant l’incendie de 1927, ce château présentait un exemple d’architecture civile bretonne et se composait de deux parties de style caractéristique, datées par des armoiries, représentatives de l’architecture bretonne de la fin du XVe siècle et du début du XVIIe siècle.

La partie médiévale peut être datée entre 1473 et 1500.L’aspect primitif devait intégrer la tourelle d’escalier dans l’angle de deux  bâtiments, dont l’un aurait été détruit lors de la reconstruction du XVIIe siècle. Cette partie présente une porte d’entrée en accolade, des fenêtres à  meneaux, des lucarnes ornées de lions à leurs rampants.  La tour d’escalier est flanquée, dans sa partie supérieure, d’une tourelle. La tour présente un décor de mâchicoulis breton, à retraits moulurés se terminant en console. La construction qui la flanque a été édifiée  vers 1600. La chapelle a été construite au XVIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Maison D. bioclimatique – Auray

Maison D. bioclimatique – Auray

 Maîtrise d’ouvrage : Privé

 

Mission Complète de Maîtrise d’Oeuvre

MaisonD-09

Construction d’un logement bioclimatique en éco-matériaux (Ossature bois, isolation Paille et Bardage Douglas, finition naturelle).

MaisonD_PlanRdcMontage de l’ossature bois sur site en 15 jours.

Livraison Juin 2016

Requalification de l’Embarcadère du port de Larmor Baden

Requalification de l’Embarcadère du port de Larmor Baden

Projet en association avec Karine LABBAY – architecte DPLG – scénographe

Mission de maîtrise d’oeuvre pour la restructuration du bâtiment de l’embarcadère.

LB-01

 

LB-02

Travail sur l’enveloppe du bâtiment existant.

L’objectif de ce projet est de relooker le bâtiment, pour lui redonner sa dimension de signal dans le port Quai Pen Lannic.

Le travail porte donc essentiellement sur l’enveloppe du bâtiment existant. Il s’inspire du travail de Karine LABBAY, Regards sur Gavrinis portant sur la recherche de motif d’après l’art pariétal du Cairn de Gavrinis.

 

Une double peau est ainsi créée autour du bâtiment existant, à partir de ce motif, en découpage au laser sur plaque de métal.

Cette peau garde la transparence sur les bureaux accueillant le public, et est  associée au bardage bois, pour les parties plus techniques.

 

 

LB_Plan

 

Réhabilitation d’un ancien hangar

Réhabilitation d’un ancien hangar

Maîtrise d’Ouvrage : Privé

Mission complète

Chantier : – en cours –

Le projet s’implante dans une ancienne friche industrielle composée d’une maison principale vétuste au sud, rue Lann Ménard et d’anciens bâtiments industriels au nord, rue Jules Ferry, transformés en logements.

Le projet consiste à réhabiliter et surélever un bâtiment à usage de logement situé en alignement de la rue Jules Ferry. Le bâtiment existant est composé d’un grand volume provenant probablement d’un ancien hangar et dont l’architecture présente des défauts de proportions. Le volume est écrasé par une toiture basse à faible pente et dont le sens de faîtage est opposé à ceux organisant la rue. La façade sud présente un aspect particulièrement inesthétique.

Le projet architectural de réhabilitation profite de la surélévation du bâtiment pour réorienter le sens du faîtage parallèlement à la rue et retrouver un gabarit et des pentes de toitures cohérentes avec le reste de la rue Jules Ferry.

Le langage architectural fait écho au passé industriel du site et de la commune. Le pignon sud, nécessitant de larges ouvertures pour répondre aux objectifs bioclimatiques de la règlementation thermique actuelle, s’appuie sur l’architecture patrimoniale industrielle de Lochrist et plus particulièrement sur le bâtiment emblématique de «la Charpenterie».

Le choix des matériaux et des ouvertures du projet permet de conserver et d’identifier la partie existante sur rue et d’affirmer la contemporanéité de la surélévation en utilisant des matériaux renouvelables et plus performants. Le béton peint, le bardage bois naturel et la couverture en acier galvanisé permettent de conserver l’esprit industriel du site.

 

Réhabilitation d’une maison – Cité des Cheminots de la Villeneuve

Réhabilitation d’une maison – Cité des Cheminots de la Villeneuve

Maître d’ouvrage : privé

Mission complète

Chantier : – en cours –

Ce projet concerne la rénovation d’une maison de la Cité des Cheminots de Villeneuve, créée en  1946.

L’objectif premier de cette rénovation est d’isoler le logement dans sa globalité. Afin d’optimiser les apports solaires du logement, des ouvertures sont créées sur le pignon Sud et permettent d’ouvrir la maison sur le jardin.

Maison Passive à Plouharnel – Sainte-Barbe

Maison Passive à Plouharnel – Sainte-Barbe

Maîtrise d’Ouvrage : Privé

Mission complète de maîtrise d’oeuvre*

Chantier : Livré en Septembre 2014

Très sensible aux questions d’environnement, le choix du Maître d’Ouvrage de réaliser une maison passive a semblé évident. Le site permet son intégration car il offre une orientation plein sud idéale pour l’implantation d’un maison dite passive et une proximité du centre bourg et des plages qui permettent les déplacements à pied ou en vélo.
De même au niveau des matériaux, l’objectif est d’utiliser au maximum des matériaux écologiques d’origine végétale (bois, terre, paille…).

Un corps principal en rez-de-chaussée s’ouvre au sud afin d’offrir des espace ouverts sur le jardin et de répondre aux exigences du passif. Sa couverture est en ardoise naturelle.
La façade sud est la façade la plus ouverte sur l’extérieur car elle permet ainsi un éclairage naturel intérieur optimal, de capter la chaleur solaire l’hiver et de s’en protéger l’été. A l’inverse, la façade nord ne comporte pas d’ouvertures.
L’usage du verre et du bois (bardage en douglas brut non traité, ni peint, ni vernis, menuiseries bois) révèlent la chaleur du logement mais aussi l’objectif écologique de l’habitation.

Maison Passive Label Passiv’Haus à Saint-Philibert

Maison Passive Label Passiv’Haus à Saint-Philibert

Maître d’Ouvrage : Privé

Saint-Philibert (56)

Mission complète de Maîtrise d’oeuvre

Chantier : Livré en Janvier 2014

Afin d’optimiser au mieux le terrain et les apports énergétiques du projet, le bâtiment est implanté au nord-est de la parcelle.

Un corps principal sur deux niveaux se développe en rez-de-chaussée de part et d’autre afin d’offrir des espace ouverts sur le jardin. Sa couverture est en ardoise naturelle sur son pan nord et accueille des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques au sud. Les toitures de parties en rez-de-chaussée sont végétalisées avec des essences extensives type mousse, sedums… ce qui permet une meilleure régulation des eaux pluviales et offre un confort thermique et acoustique supplémentaire.

La façade sud est la façade la plus ouverte sur l’extérieur car elle permet ainsi un éclairage naturel intérieur optimal, de capter la chaleur solaire l’hiver et de s’en protéger l’été. A l’inverse, la façade nord ne comporte pas d’ouvertures.

L’usage du verre et du bois (bardage en châtaignier brut non traité, ni peint, ni vernis, menuiseries bois) révèlent la chaleur du logement mais aussi l’objectif écologique de l’habitation.

En effet ce projet répond à des objectifs de haute qualité environnementale, que ce soit par son implantation et son orientation, ses matériaux de construction, son fonctionnement énergétique ou l’utilisation  des sols et de l’eau.

Etude Diagnostic Château Pierre II de Guingamp

Etude Diagnostic Château Pierre II de Guingamp

Aménagement et mise en valeur des vestiges du château Pierre II (ISMH)

Maîtrise d’Ouvrage : Commune de Guingamp

Diagnostic architectural, historique, urbain et paysager / Proposition d’aménagement / Phasage opérationnel

L’étude de mise en valeur des vestiges du château est l’occasion de repenser la partie sud du centre ancien en redonnant au château son rôle de porte et de passage dans la ville de Guingamp.

Le château de Pierre II est indissociable de l’évolution de la ville de Guingamp, il l’a cadré et orienté vers sa forme urbaine actuelle. Bien que devenu désuet de son usage propre au cours des siècles derniers par notre monde moderne, il reste un élément fédérateur. L’articulation qu’il crée entre les deux quartiers est importante notamment entre la place du petit Vally et la place du centre ; l’étude s’oriente à redéfinir son rôle, et affirmer sa place dans la ville.

Cette première phase de l’étude a aussi été l’occasion d’élargir le regard et de prendre en compte un patrimoine plus large parmi les vestiges des fortifications et de l’histoire médiévale (basilique, maisons à pan de bois…) comme éléments fondateurs de la ville au même titre que le château. Il en découlera ainsi des stratégies de développement urbains à défaut de stratégies militaires…