About

Posts by :

Restauration d’un pan de bois à porche XVI°s. en Maison de Services au Public – Guémené-sur-Scorff

Mission de maîtrise d’oeuvre complète

Place du centre – Guingamp

Place du centre – Guingamp

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Guingamp

Etude d’aménagement urbain et paysager de la place du centre 

 

Etude de Revitalisation – Guémené-sur-Scorff (56)

Etude de Revitalisation – Guémené-sur-Scorff (56)

ccprm_aer_jpf_200

 

 

Maître d’Ouvrage :

Mairie

Place du Château

56 160 Guémené-sur-Scorff

 

Mission :

Maîtrise d’œuvre complète pour la conception et le suivi d’un projet de Revitalisation du centre-ville

 

Partenaires Associés :

Libéra BERTHELOT – Conseil en développement territorial

Olivier FOUQUERE – Société Emprixia

 

 

 

Extraits du Diagnostic :

Parcours Sportif – Guingamp (22)

Parcours Sportif – Guingamp (22)

guingamp_parcpont-ezer-01

 

Maîtrise d’Ouvrage :

Ville de Guingamp                        

Hôtel de Ville

1 Place du Champ au Roy 

BP 50 543 

22 205 GUINGAMP  

 

 

 

Mission : Maîtrise d’œuvre complète

Partenaire Associé : Atelier Ersilie Paysagistes

 

 

 

Aménagement d’un parcours sportif sur le site du Pont-Ezer aux abords du Trieux, situé sur la commune de Guingamp dans les Côtes d’Armor (22)

Il comprend l’aménagement d’une partie du parc avec la réalisation de cheminements piétons et de placettes et l’aménagement d’un parcours sportif en structure métallique spécifiquement conçu pour ce projet.

Chapelle Notre-Dame de la Clarté – Combrit Sainte-Marine (29)

Chapelle Notre-Dame de la Clarté – Combrit Sainte-Marine (29)

dsc_0736

   

 

Maîtrise d’Ouvrage :

Commune de Combrit-Sainte-Marine                         

8 rue du Général De Gaulle

29120 Combrit Sainte-Marine

 

Mission :

Mission de Diagnostic Patrimonial avant restauration de la Chapelle

 

Partenaire Associé :

Stéphane Saltzmann du Bureau d’Etudes Structure Bois Konstruktif

 

 

 

 

 

Extraits du Diagnostic :

« Construction de la chapelle au XVIème siècle

Elle se composait primitivement d’un chœur à deux travées, avec bas-côtés et d’une nef étroite et basse. Un arc brisé central devait porter le clocher, renforcé par les arcs, très élancés, des bas-côtés. Les piliers reçoivent les retombées des arcades sur des corbeaux (pièces de bois en saillie des murs).

Comme l’église paroissiale et les autres chapelles, celle-ci a du perdre son clocher en 1675 sur décision du Duc de Chaulnes après que le propriétaire du Cosquer, Nicolas Euzeniou ait été pendu à une fenêtre de son manoir lors de la révolte du papier timbré (Abgrall). Elle fut vendue à la Révolution comme bien national à un dénommé Le Bour et associés.

Rendue au culte, elle fut partiellement détruite en 1824 par un cierge allumé près de la statue de la Vierge. Elle perdit alors sa voûte aux lambris peints, et en 1856 le recteur Jean-Louis Tilly n’y reconnaissait plus qu’une Annonciation.

Lors de la reconstruction, en 1904, la nef qui tombait en ruine fut refaite et agrandie de manière à offrir toute la largeur du chœur et de ses collatéraux, mais en gardant le portail gothique (style néo-flamboyant) et le clocher. Les fenêtres sont de style flamboyant.

La transformation s’est arrêtée à l’arc diaphragme derrière lequel s’ouvre le chœur. Les seules parties anciennes préservées sont le chœur et les deux transepts.

On remarquera la différence de construction : la partie ancienne est en moellons réguliers, la nouvelle partie en pierre de taille. La sacristie possède des ouvertures du XVIIIème siècle. »

 

 

Maison Limbour – Guémené-sur-Scorff (56)

Maison Limbour – Guémené-sur-Scorff (56)

Maîtrise d’Ouvrage :

Commune de Guémené-sur-Scorff

 

Maison inscrite au Titre des Monuments Historiques le 19.01.2016

 

Mission :

Mission de Maîtrise d’œuvre complète pour la restauration de la maison Limbour

Optimisation du programme pour accueillir une maison de services au public et un espace muséal

Extraits du Diagnostic :

« La maison à porche, une spécificité commerciale

Le 14 rue Pérès, est attesté comme étant une maison à porche, composée en façade sur rue d’un porche en bois sur piliers en pierre. Le but principal de l’établissement de cette forme architecturale, est la fonction commerciale qui en résulte, notamment en lien avec son emplacement dans la cité, à proximité directe des activités commerciales et économiques. Ainsi les porches permettent de commercer à couvert, la boutique étant située en rez-de-chaussée, sur rue, typologie que l’on retrouve régulièrement en Bretagne (…)

Un plan type du XVe siècle…

Le 14, rue Pérès présente un plan type du XVe siècle. Selon la typologie, le plan de la maison en pans de bois en Bretagne, n’évolue dans sa généralité que vers le milieu du siècle suivant.
Ainsi le modèle à deux pièces en rez-de-chaussée (une sur rue, l’autre sur cour au 14, rue Pérès) est un élément qui se rencontre sur les habitats dont les commanditaires sont les plus fortunés.
Pour ceux plus modestes, une seule pièce est présente sur toute la surface du bâtiment. Le plan le plus usuel à deux pièces, est composé d’un mur refend qui les sépare.
Celui-ci est dans une majorité maçonné, prolongé par un escalier en vis.

ml_diag_friseentiere

…avec ses particularités

Dans le cas de la maison du 14 rue Pérès, la cloison originelle séparant le rez-de-chaussée en deux pièces, est en bois. Cela confirme la typologie de deux pièces dès l’origine (déjà mentionné pour le rez-de-chaussée en 1633), et encore valable aujourd’hui. Il n’y a pas de présence de structure maçonnée, qui constituerait le mur refend, élément caractéristique de cette typologie, absente dans notre cas. A noter, la façade, que nous pouvons observer aujourd’hui, a été remaniée au cours du XIX° siècle, donnée visible sur le cadastre napoléonien de 1842. »